Zones humides et biodiversité

Définition de "zone humide" d'après la convention de Ramsar - traité international adopté en 1971 et entré en vigueur en 1975 -

Les zones humides sont "des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres".biod-zone-humide

Les zones humides sont les plus riches en biodiversité, elles sont essentielles dans le cycle de l’eau et ont la plus grande production de biomasse.

Les zones humides dans notre vallée sont (ou étaient) principalement constituées :

  • de plaines alluviales inondées en hiver ou au printemps.
  • de zones marécageuses drainées depuis et transformées en étangs.
  • d’anciennes gravières devenues des étangs.
  • De mares. 

Les zones humides sont souvent mal aimées et considérées comme inutiles. Aux yeux du grand public et de nos décideurs, elles n’ont aucune valeur, bien moins que les terres agricoles et les forêts. Elles sont donc les premières à être drainées, remblayées ou aménagées.  (exemple : le futur port de l’Isle-Adam)

Afin d’établir un état des lieux des mares en Ile de France la SNPN a entrepris le recensement de celles-ci en s’appuyant sur des associations locales. L’IASEF est en pointe dans notre vallée.