Adaptations des végétaux

Rôles et adaptations des végétaux en milieux humides

Les rôles joués par les végétaux aquatiques :

Comme dans tout écosystème, la végétation présente au niveau de la mare joue des rôles essentiels et multiples. Parmi les plus importants, on peut citer :

  • production d’O2 pour les végétaux chlorophylliens ;
  • nourriture pour les herbivores ;
  • abris contre les prédateurs, les températures élevées et le soleil ;
  • support de ponte pour les batraciens et certains insectes (libellules) ;
  • renforcement des berges contre l'érosion ;
  • épuration de l'eau (utilisation des sels minéraux dissous et absorption d'une partie des polluants dissous tels que les nitrates, phosphates, manganèse).

Les adaptations liées au milieu aquatique :

Les plantes aquatiques ont des caractères propres plus ou moins accusés, dus aux caractéristiques du milieu aquatique (température, teneur en dioxygène, densité de l'eau, sels minéraux disponibles dans l'eau). Pour les plantes qui se développent entièrement dans l'eau ou en surface (hydrophytes), on peut observer différents types d'adaptation au niveau de leurs organes (racines, tiges, feuilles).

1 - Adaptations morphologiques

    • Les racines n’ont la plupart du temps qu’un rôle fixateur car l'absorption de l'eau peut s'effectuer par les feuilles ou les tiges souvent immergées,
    • Les feuilles flottantes sont rondes, plates et grandes, ex: Nénuphar, Renoncule aquatique
    • Les feuilles immergées sont fines et allongées, ex: Elodée, Myriophylle
    • Lorsqu’une même plante pousse successivement dans l’eau et dans l’air, elle présente plusieurs types de feuilles suivant le milieu, ex: Sagittaire, Plantain aquatique, Renoncule aquatique...
    • Certaines plantes sont très tolérantes aux conditions de l'environnement et de ses variations, ex: La Sagittaire peut vivre immergée, à l’inverse le Roseau et la Massette peuvent subsister en permanence à l’air libre. Les Carex peuvent résister à une sécheresse prolongée.

2 - Adaptations anatomiques :

    • Les tiges sont souples car leurs tissus de soutien sont réduits.
    • Les tissus conducteurs de la sève brute sont eux aussi réduits.

3 - Adaptations biologiques :

    • L’épiderme est perméable au passage d'eau et des gaz.
    • Les plantes immergées peuvent ainsi absorber l'eau et les sels minéraux à tous les niveaux. Le rôle absorbant des racines est donc mineur.
    • Les échanges gazeux (O2 et CO2) avec le milieu aquatique sont donc facilités notamment pour la respiration et la photosynthèse.
    • La reproduction sexuée des plantes aquatiques est comparable à celle des formes terrestres mais la pollinisation n’est pas facilitée dans l’eau.
    • La multiplication végétative est très importante. Ceci explique que les plantes aquatiques, pour la plupart vivaces, sont très invasives.
    • ex: Lagarosiphon (ou élodée crépue)