Marais de Stors

Le marais de Stors : une zone humide remarquable en Ile-de-France

Situation

Le marais de Stors se situe dans la vallée de l’Oise sur la commune de Mériel. Il occupe la vallée du ru des Moutiers, affluent de l’Oise, sur une surface de 60 hectares. Il est constitué d’une zone humide neuto-alcaline et d’un coteau calcaire en lisière de la forêt de L’Isle-Adam.

Historique

L’abbaye cistercienne du Val s’est implantée à l’amont de cette vallée au XIIe siècle Le ru a aménagé pour l’abbaye, ses communs et son fonctionnement (viviers, moulins, sanitaires). Fin XIXe, il a été drainé pour aménager des prairies abandonnées vers 1970.

Intérêt écologique

Compte tenu de ses habitats contrastés sur une surface très restreinte, le marais de Stors possède une richesse et une diversité faunistiques et floristiques remarquables. Il est classé en ZNIEFF de type-1.

350 espèces floristiques ont été répertoriées dont 35 rares en Ile-de-France (laiche de maire, orchis négligé), caractéristiques de la zone humide ou des pelouses calcicoles exposées au sud.

La faune est particulièrement remarquable : avifaune (140 espèces dont le gorgebleu à miroirs très rare nationalement), batraciens, chauves-souris (barbastelle très rare nationalement), reptiles, insectes (odonates dont le cordulégastre annelé très rare nationalement, papillons), crustacés (écrevisse à pattes blanches très rare nationalement)

Fragilité et préservation

Le marais été acquis partiellement (43 ha) en 2000 par le Conseil Régional  et classé en réserve naturelle régionale en 2009. L’aval demeure propriété privée.

La préservation de ce site reste fragile compte tenu du développement de la végétation et des saules dans la zone humide et de pollutions de l’eau à l’amont. L’étude de l’avifaune de 2011 montre des populations en déclin depuis 10 ans.

L’agence des espaces verts de la région Ile-de-France (AEV), gestionnaire du site, a entrepris le déboisement de la zone humide et le faucardage des roseaux. Des mesures hydrauliques sont envisagées. La suppression des pollutions amont de l’eau, en particulier d’origine agricole, est nécessaire. Il sera nécessaire également de disposer des obstacles aux engins motocyclistes.

Ouverture au public et sensibilisation

Les chemins du site sont désormais ouverts au public. Il fait également l’objet de visites naturalistes organisées par l’AEV.

Bibliographie :